Juillet 2016. Je pars en Californie pour deux mois. J’ai l’été pour découvrir Los Angeles, San Francisco, le désert et les parcs nationaux. Au cours de ce voyage, j’ai rencontré des artistes, des entrepreneurs, des français venus s’installer au soleil, des américains débarqués des quatre coins du pays pour vivre le California Dreaming. J’ai fait la connaissance de personnalités inspirantes à qui la Californie a donné l’espace et l’énergie pour vivre leur passion.

Pendant tout le mois d’avril, retrouvez chaque semaine l’histoire de ces personnalités photographiées sous les palmiers ou en plein désert… Là où il fait chaud quoi.

C’est à Montpellier, là où il est né, que Romain a découvert très jeune le skate et la street culture. Sa soeur Koralie est artiste et se fait alors un nom dans le milieu du graffiti, une occasion en or pour le petit frère de la suivre partout. Déjà à l’époque, il se passionne pour la glisse et rêve de Californie : « Pour moi c’était des palmiers, des nanas en mini-shorts qui font du patin à roulettes, des surfeurs partout… ». Mais avant d’aller chercher le soleil – et les filles en mini-shorts – il va falloir faire des études et Romain décide d’entrer en école de commerce et de se spécialiser en marketing. Il commence alors en stage dans une société de vins organiques et reçoit un jour le « coup de fil du destin » : « Bonjour, Jean Marc de chez X à Los Angeles. On a mis la main sur votre CV et on aimerait vous proposer un poste. » Déjà bilingue et prêt à tout pour aller surfer sur la Côte Ouest, Romain accepte immédiatement sans même passer son diplôme. En arrivant à Venice Beach, la vie est bien comme dans ses rêves. En revanche, le job n’est pas à la hauteur et Romain file chez Urban Outfitters. Rapidement se pose la question du visa et le retour à la case départ : « Je suis rentré à Montpellier mais c’était impossible pour moi de revivre en France. » Sa soeur déménage alors à New York en famille et Romain suit le mouvement en travaillant de nouveau chez UO puis en repartant pour la Californie, là où le soleil cogne et où il est plus cohérent de sa balader avec une planche de surf. Là-bas, il recrée vite une petite famille à deux pas de la plage : « J’ai rencontré beaucoup de gens en surfant et en sortant. Comme Venice est une petite ville dans la ville, tout le monde se connaît. C’est une communauté d’artistes, de surfeurs, de skateurs… ». Son travail en tant que merchandiser dans une boutique d’Abbott Kiney lui convient pendant trois ans jusqu’au jour où, après un break en France, il décide de monter sa propre marque Saltfish Surf Co. « Je collectionnais les tissus vintage et les couvertures, et je me suis dit que ça pouvait être une belle matière pour des accessoires de surf parce qu’en général, ce que tu peux trouver est moche, cher, et fait à base de plastique et de matériaux dégueulasses. » Il dessine quelques modèles, fait faire quelques prototypes, mais les essais sont chers et peu concluants… C’est finalement au Mexique qu’il trouve un atelier de confection prêt à travailler avec lui. Ça tombe bien, il y a de supers spots de surf sur la route vers Tijuana. Aujourd’hui, Romain développe Saltfish comme une marque voyageuse : «  Le concept est d’aller chercher des tissus et matériaux locaux dans différents pays pour créer des collections par voyage. À chaque fois, je pars avec un réalisateur photographe et on documente tout ça : la rencontre avec les artisans locaux, le voyage, le surf trip… Chaque collection a sa vidéo, son histoire et les produits associés ». Romain ne prévoit pas d’ouvrir de boutique et préfère privilégier la vente en ligne et en pop-up pour garder sa liberté de mouvement. En route pour le Mexique.

www.saltfishsurfco.com

J’ai rencontré beaucoup de gens en surfant et en sortant. Comme Venice est une petite ville dans la ville, tout le monde se connaît. C’est une communauté d’artistes, de surfeurs, de skateurs…

Je collectionnais les tissus vintage et les couvertures, et je me suis dit que ça pouvait être une belle matière pour des accessoires de surf…

J’ai trouvé une manufacture à Tijuana au Mexique, et dès notre première collaboration ça s’est super bien passé.

Le concept est d’aller chercher des tissus et matériaux locaux dans différents pays pour créer des collections par voyage.