Juillet 2016. Je pars en Californie pour deux mois. J’ai l’été pour découvrir Los Angeles, San Francisco, le désert et les parcs nationaux. Au cours de ce voyage, j’ai rencontré des artistes, des entrepreneurs, des français venus s’installer au soleil, des américains débarqués des quatre coins du pays pour vivre le California Dreaming. J’ai fait la connaissance de personnalités inspirantes à qui la Californie a donné l’espace et l’énergie pour vivre leur passion.

Pendant tout le mois d’avril, retrouvez chaque semaine l’histoire de ces personnalités photographiées sous les palmiers ou en plein désert… Là où il fait chaud quoi.

Heather Day est née à Hawaï près de la mer et au coeur de la nature, son inspiration d’aujourd’hui. Petite, elle construit des robots avec des boîtes de céréales avant de commencer à dessiner et à peindre. Quand ses parents divorcent, elle suit sa mère sur la côte Est des Etats-Unis où elle commence à prendre des cours d’arts appliqués. « L’art a toujours été mon obsession et mon échappatoire mais en faire mon métier n’était pas vraiment une option ». Son père l’encourage mais préférerait qu’elle se dirige vers une voie plus « lucrative » que l’art, qui la mette à l’abri du besoin. Elle étudie alors l’architecture et l’histoire de l’art et poursuit son travail personnel, encouragée par ses professeurs. La théorie est de courte durée et la pratique reprend vite le dessus. En  parallèle, Heather cumule les jobs pour gagner sa vie jusqu’à devenir assistante d’un grand peintre brésilien lors de la préparation d’une exposition. « J’ai été fascinée par cet homme, il était super cool et travaillait dans une spontanéité incroyable… Grâce à lui, j’ai rencontré beaucoup d’autres artistes et j’ai compris l’importance du réseau. » Ce jour-là, elle décide de ne plus se présenter comme une étudiante mais comme une artiste pour gagner en crédibilité : « Je ne mentais pas mais je disais juste que j’étais artiste. Ça m’a fait prendre la chose au sérieux et assumer qui j’étais. » Mais même après l’obtention de son diplôme, vivre de son art n’est toujours pas une option. Heather s’installe alors à San Francisco pour suivre son boyfriend de l’époque et trouve un travail dans une entreprise de meubles design. Quelques mois plus tard, le couple se sépare et Heather démarre une double vie : « Je passais mes nuits à peindre au studio, je dormais très peu, c’était n’importe quoi ! ». Elle partage alors ses travaux nocturnes sur Instagram et commence à se faire connaître via les réseaux sociaux. « Ça m’a fait prendre conscience de mon potentiel et ça m’a donné l’impulsion pour quitter mon travail et me consacrer à la peinture. » Elle enchaîne avec un stage pour un blog lifestyle où elle apprend à communiquer et à photographier et quelques semaines plus tard, elle expose en solo. Fast life. Depuis un an, Heather est installée dans le quartier de Dogpatch, dans un grand loft où elle peint et gère sa petite équipe : une assistante, une stagiaire, un comptable et une journaliste. Dans son atelier, elle organise aussi des dîners en collaboration avec des chefs autour de discussions créatives qu’elle appelle Secret Table, au cas où vous passeriez dans le coin.

www.heatherdayart.com

L’art a toujours été mon obsession et mon échappatoire mais en faire mon métier n’était pas vraiment une option, je n’ai jamais pensé que je ferais carrière là-dedans.

J’ai énormément travaillé. Parfois pendant des heures, des jours entiers sans m’arrêter.

J’ai commencé à partager mon travail et à poster des photos sur Instagram et des galeries ont commencé à me suivre. Ça m’a vraiment ouvert sur le monde.

J’ai décidé de faire un stage pour un blog lifestyle et j’y ai appris beaucoup : comment les choses doivent être présentées, comment fonctionnent les réseaux sociaux, j’ai aussi appris à photographier…

Texte & Photos : Marie Ouvrard