Il y a quelques mois, Berlin était qualifiée par plusieurs médias de « future capitale des start-up ». La ville des artistes et de l’underground allait-elle vraiment devenir la nouvelle Silicon Valley de l’Europe ? Intriguée par cette nouvelle énergie, je suis partie quelques jours dans la capitale du cool à la rencontre de jeunes entrepreneurs. Je suis presque rassurée, Berlin n’a rien perdu de son goût pour la fête et la vie y est toujours aussi douce. Capitale des start-up ou pas, il semble que cette ville soit un bon choix pour oser, essayer et faire.

Berlin est l’une de ces villes où on trouve un glacier presque à tous les coins de rue alors que la température moyenne annuelle atteint péniblement les 9,7 degrés. Je suis donc entrée chez Jones, très attirée par l’odeur de cornet maison et super excitée à l’idée de goûter leur glace, même sous une pluie battante, à 11 heures du matin.

Gabrielle et Jan sont les propriétaires du lieu et ici ça parle français car la cheffe vient du nord de l’hexagone. C’est là-bas qu’elle a étudié la cuisine et la pâtisserie au Lycée hôtelier avec, très vite,  la conviction d’être à sa place. « Je faisais la cuisine depuis que j’étais jeune car mes parents ne cuisinaient pas du tout et j’étais très gourmande ! Et le jour où j’ai mis les pieds au lycée hôtelier, j’ai enfin compris à quoi ça servait d’aller à l’école. » Après être passée par différentes maisons, avoir travaillé un an au Ritz et avoir voyagé aux États-Unis et à Saint Martin, elle décide de se lancer en freelance : « Je donnais des cours de pâtisserie à l’Atelier des Chefs et je développais des recettes pour des gens qui sortaient d’école de commerce qui n’avaient jamais mis les pieds dans une cuisine mais qui surfaient sur la tendance “food”. Ca m’a permis de voir ce que c’était de créer une entreprise et ça m’a donné envie aussi. »

C’est après plusieurs voyages aux États-Unis que Gabrielle se prend de passion pour la glace et commence à explorer le terrain. « C’est comme une toile et tu peux explorer tous les parfums, en infusant, en mixant des produits, en jouant sur les couleurs… » À ce moment-là, Gabrielle rencontre Jan, évoluant lui aussi dans le milieu de la restauration, et décide de s’installer à Berlin pour lancer son activité. « Au départ, je suis venue ici car les loyers n’étaient pas chers et je pensais que quitter le confort que j’avais à Paris était nécessaire pour me lancer. » Elle investit alors 30 000 euros dans un foodtruck et prépare la glace au restaurant où travaille Jan, tous les matins entre 5 heures et 11 heures avant que l’équipe n’arrive. La street food explose à Berlin et Jones cartonne. Pendant deux ans, le couple se fait connaître et assoit sa réputation. « Ici, il y a plein de concepts food mais à la différence des autres on vient de ce milieu et on veut vraiment travailler la qualité. Tout est 100% fait maison. » L’année dernière, ils ouvraient leur première adresse fixe dans le quartier de Schöneberg et pensent déjà à la prochaine.

La glace, c’est comme une toile et tu peux explorer tous les parfums, en infusant, en mixant des produits, en jouant sur les couleurs…

www.jonesicecream.com

*

Interview & Photos : Marie Ouvrard