Il y a un an, sortait Prynt, la coque qui transforme un smartphone en polaroïd. Conçu et développé par deux français de 25 ans pendant leur dernière année en Ecole d’ingénieurs, ce nouveau gadget high-tech était attendu comme le messie. La preuve : Clément Perrot et David Zhang avaient déjà réuni 1,5 million de dollars en un mois sur la plateforme KickStarter et convaincu les plus grands médias internationaux. Retour sur la conception d’un produit cool et innovant avec David Zhang.

DECEMBRE 2013 : L’IDEE

C’est au cours de leur dernière année en école d’ingénieur que Clément et David découvrent que la coque polaroïd dont ils rêvent n’existe pas.

« On faisait des recherches dans le but de créer une application mobile pour un cours. C’est en trainant sur un blog de design qu’on a découvert cette coque d’impression polaroïd. Quand j’ai vu ça, je me suis dit « je la veux ! » Pendant une semaine j’ai cherché à l’acheter jusqu’au moment où je me suis rendu compte que le produit n’existait pas ! La coque avait été imaginée par un designer japonais qui s’amusait à designer des objets complètement futuristes qui n’existaient pas. Donc on s’est mis à faire des recherches pour savoir s’il était possible de concevoir ce type de produit et on a décidé de se lancer à fond dans ce projet. »

JANVIER 2014 : LA CONCEPTION DU PREMIER PROTOTYPE

Après quelques semaines de recherches, David et Clément bidouillent un premier prototype.

« On a découvert la technologie Zink basée sur le fait que l’encre est déjà dans le papier et qu’en le chauffant, la photo apparaît. Donc on a acheté plein d’imprimantes qui fonctionnaient avec cette technique, on les a démonté et on a essayé de voir comment c’était fait à l’intérieur. Il s’agissait juste de mettre au point un « mini » système d’impression. On a trouvé un designer industriel qui a tout de suite adhéré au projet et conçu la coque qu’on a imprimée en 3D. J’ai hacké une application d’imprimante pour pouvoir faire des démonstrations comme si c’était la notre. Finalement, on avait quelque chose qui pouvait donner une idée du produit ».

MAI 2014 : LES PREMIERS INVESTISSEURS

Pour développer Prynt, David et Clément savent qu’ils ont besoin d’argent, mais surtout de bons conseillers sur lesquels s’appuyer.

« On a rapidement présenté le projet à un maximum de personnes. On avait besoin d’associés compétents car nous, on n’avait aucune expérience ! On a réuni une équipe de 5 « advisors » (conseillers) spécialisés dans certains domaines comme la finance, le hardware, la production… Chacun a investi 5000 euros et quelques semaines plus tard on a pu lever 100 000 euros auprès d’un fond d’amorçage. Puis on a intégré un accélarateur de start-up, Haxlr8r, avec qui on a suivi un super programme intensif qui nous a amené pendant 4 mois en Chine ».

JUILLET 2014 : DESTINATION CHINE

Pour envisager l’industrialisation du produit, la petite équipe part pour Shenzen, « la capitale de l’électronique ».

« On est partis à 4 avec le designer industriel et un stagiaire. Pendant cette période on a appris plein de trucs : comment concevoir un produit, comment gérer la production, l’électronique… On est partis du concept pour vraiment définir le produit que l’on voulait à la fin, car tu te rends vite compte qu’il y a des milliers de possibilités… Est-ce qu’on met une poignée ? Un petit bouton ? Une vraie coque qui reste sur le téléphone ? En 4 mois on a du faire 20 prototypes différents ! Puis on a commencé à visiter des usines pour évaluer l’industrialisation et voir comment ils fonctionnaient. On a aussi découvert le business à la chinoise ! ».

OCTOBRE 2014 : DEMO DAY A SAN FRANCISCO

Prynt est présenté au Demo Day à San Francisco, une journée pendant laquelle les accélérateurs de start-up présentent leurs projets à 200 journalistes et investisseurs.

« On a pris un vol depuis la Chine pour arriver 2 semaines avant l’événement et tout préparer. Le jour J, on a rencontré plein de gens en les prenant en photo avec la coque et ça a bien marché ! On a surtout eu la chance de montrer le produit à un journaliste de Tech Crunch (nldr : l’un des blogs high-tech les plus suivis au monde) qui a adoré le produit. La semaine suivante, on était dans leurs bureaux pour tourner une vidéo, c’était un truc dingue ! Quand ils l’ont mise en ligne, ça a fait un buzz énorme. Il semble que l’on soit le deuxième article le plus lu et partagé du blog en 2014 après l’iPhone 6… A partir de ce jour-là, ma boîte mail a explosé ! ».

JANVIER 2015 : CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATF SUR KICKSTARTER

Pour réunir une base de clients potentiels et communiquer, une campagne de financement participatif est lancée sur Kickstarter.

« Clément était resté aux Etats-Unis où il travaillait sur le marketting. Il m’a appelé à 17h en me disant « Ok c’est parti, on lance le truc ! ». Le temps que j’arrive sur la page KickStarter, on avait déjà levé 15 000 dollars ! C’était dingue, l’excitation totale… On demandait 50 000 dollars qu’on a réunis en 30 minutes. A la fin de la première journée on était à 200 000. Au final en 35 jours, on a levé 1,5 million de dollars auprès de particuliers en majorité. »

AVRIL 2015 : RECRUTEMENT ET PREPARATION DU LANCEMENT

L’équipe règle les derniers détails produit avant l’industrialisation. Clément et David ont recruté une dizaine de personnes afin de préparer le lancement de Prynt.

« On continue à travailler à fond sur le produit parce que les derniers détails sont super importants. On se prépare aussi à déménager car même si l’environnement en France est vraiment exceptionnel pour entreprendre et innover, notre marché principal est aux Etats-Unis où est déjà basé notre pôle marketing. Comme on est une petite structure on va tous être réunis à San Francisco en septembre pour être plus efficace et pouvoir vivre l’aventure ensemble. On ne veut pas juste vendre un produit mais vraiment construire une vraie boîte avec une vraie culture d’entreprise. »

JANVIER 2016 : LANCEMENT ET COMMERCIALISATION DE PRYNT

 

*

www.pryntcases.com